Les tapis de Senneh ou Sanandaj

Sanandaj était jadis connue sous le nom de Senneh et est située à 150km au nord ouest de Hamadan au cœur du Kurdistan. La signification de son nom « la forteresse de Sanan » est due au Calife Amin qui la transforma en château fort au IXeme siècle.

Senneh a développé une production de tapis d’un style tout à fait original et complètement indépendant de ceux de la production kurde. Au cours des derniers siècles, la technique d’exécution, le dessin et le travail très raffiné n’a pas changé.

IMG_94482La structure de ces tapis est habituellement en coton car la culture est pratiquée a grande échelle sur les hauts plateaux et cette fibre est donc facile à trouver. On trouve aussi des tapis Senneh dont la chaine est en soie, pour la plupart polychrome, et appeles haft rangh, c’est à dire « sept couleurs ».

Les tapis Senneh sont noués avec des nœuds symétrique ou ghiordes.La densité remarquable est en moyenne de 3600 nœuds au dm² mais peut atteindre 8100 au dm2.

La trame passe une seule fois entre les nœuds ; elle est faite avec un fil de coton très retors dont le passage est bien visible sur l’envers. Il est passé tendu et, de ce fait, déprime fortement les chaines. On obtient ainsi des tapis dont l’envers est passablement rugueux. Pour les modèles les pus précieux, la soie est souvent utilisée, même pour la trame.

La laine utilisée pour le nouage vient du Kurdistan et à une fibre longue et brillante, mais elle est sèche et rêche, ce qui est accentué par le rasage court.

En général, les Senneh sont de format zaronim (150x100cm) et dozar (120x200cm). Les tapis de grandes dimensions et les galeries sont rares.

Le décor est une répétition de petits motifs ornementaux à plein champ (herati, boteh, huit fleurs,..). Ces dessins apparaissent à plein champ ou sont placés à l’intérieur de losanges concentriques sur un fond de couleur contrastée.

Traditionnellement, le fond est foncé, noir ou bleue, et le dessin est tracé en vert, crème et rouge brique, des couleurs certainement végétales, utilisées seulement dans les tapis antérieurs aux années 1920. Il y a aussi des modèles à fond crème. Les mêmes couleurs apparaissent sur les bords souvent ornés d’une version stylisée des herati des bordures.

Senneh est aussi connues pour ses kilims tissés selon la technique à relais et dont la finesse et la qualité de la décoration n’ont rien à envier aux kilims ottomans.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *