Les tapis sous l’Ancien régime

Les tapis de l’ère moderne sont essentiellement utilisés pour la décoration et parfois sont collectionnés ou suspendus aux murs. Outre le luxe des tapis persans et orientaux, on peut également citer celles qui sont plus historiques.

Des maisons bourgeoises à Versailles

Tapis NainSous l’Ancien Régime, l’Empire s’ouvre aux commerces extérieurs avec l’Asie ou les pays du pourtour méditerranéen. L’engouement des contemporains de l’Ancien Régime pour la décoration d’intérieur est une des principales raisons de ces importations. Meubles, tissus ou tapis font partie des marchandises les plus commercialisées entre le 17ème et le 18ème siècle.

Le meilleur témoignage de l’utilisation des tapis sous l’Ancien Régime est sans doute l’exposition de l’art de vivre à la française dans les salles des objets d’art du Louvre. Mais c’est l’ameublement du salon d’Apollon au Château de Versailles qui explique réellement la manière dont les tapis étaient agencés et présentés à l’époque.

Le salon d’Apollon qui avait pour fonction d’être la salle du Trône sous l’Ancien Régime était le miroir du pouvoir et de la grandeur du royaume. Richement décorée, la salle fascinait la cour, mais également les ambassadeurs étrangers, par l’exubérance de son mobilier d’argent et le luxe somptueux de ses textiles. Le velours était à l’honneur avec les tapisseries pendant les cérémonies diplomatiques. Si les étoffes sont tissées à Lyon, les 8 pièces de tapisseries de 61 lez sur 3 aunes ½ (unités de mesure correspondant à 4.17m) ont été fabriquées par le célèbre tapissier, Claude-Germain Sallior.

Les autres tapisseries tendance sous l’Ancien Régime

Pour les tapisseries orientales, le fameux tapis persan est à l’honneur. Plusieurs tapis datant de 1850 à 1880 ont été acquis par le biais de l’épicerie fine et considérés comme des produits exotiques par les riches familles de négociants.

En Europe, la tapisserie bruxelloise est à son apogée avec un imposant exemple produit par les ateliers lissiers de Bruxelles qui mesure 4.5 m de long. La tapisserie flamande est également à l’honneur vers la moitié du 17ème siècle. Elle suscitait un vif engouement notamment parce qu’elle représentait généralement un décor arabesque sur fond rose avec guirlandes et bouquets fleuris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *