Bien choisir son tapis d’Orient

Il est reconnu qu’un tapis d’Orient bien conditionné est pratiquement inusable ou tout au moins qu’il peut durer une vie sans s’altérer sensiblement. Il faut se méfier des tapis d’Orient vendus à bas prix, sous quelques prétextes que ce soit. Un tapis d’Orient pourrait être exposé cinquante ans sans subir la moindre dépréciation et qu’au contraire sa valeur augmenterait par la patine qu’il acquerrait.

Les conseils d’achat d’un tapis d’Orient

Des colporteurs se présentent souvent à domicile envoyé, soi disant, par l’un ou l’autre de vos amis. Effectuer un achat dans ces conditions présente le plus grand danger, car malgré les énormes rabais souvent consentis sur le prix initial demandé, l’acheteur fait neuf fois sur dix une mauvaise affaire, si toutefois il n’est pas complètement escroqué en acquérant un faux tapis de fabrication mécanique.

Avant d’acheter, visitez des maisons spécialisées, écoutez le vendeur, tâtez la marchandise et faites vos déductions. Une certaine compétence s’acquiert assez rapidement, compétence au moins suffisante pour reconnaître un faux tapis d’Orient ou pour juger par comparaison de la valeur approximative d’une qualité. Une indication assez précise, consiste dans le poids qui, même dans un tapis d’Orient très mince et contexture extrêmement fine, est toujours très supérieur à celui d’une taille égale en imitation. La trop grande régularité du tissage, la netteté trop marquée des franges, des lisières, sont autant de signes qui doivent inspirer la méfiance.

Pour examiner convenablement un tapis il est nécessaire de le voir en pleine lumière, car un éclairage diffusé d’un seul côté met en valeur le velouté mais ne permet pas une  appréciation exacte ; le tapis doit aussi être vu dans les différents sens, car du côté du couchant de la laine, il peut avoir des tons très chauds, alors que dans le sens opposé il est terne et fade.

Caressez de la main la surface du velours. Si la laine laisse une impression de rugosité, si elle est sèche, il y a de grandes chances pour que le lavage décolorant l’ait brûlé. Dans ce cas, vérifiez minutieusement toute la surface du velours et vous trouverez probablement de petites parties moins touffues, parfois même la trame apparaîtra au travers de la laine rongée par les acides.

Vérifiez si le tapis se tient bien à plat et ne fait pas de plis car une forme boiteuse diminue beaucoup sa valeur.

Comptez le nombre de nœuds au 10 cm., et vérifiez si ceux ci sont solidement noués, car tout dépend du serrage et de la fermeté du tissage.

Séparez le velours et vérifiez si la teinte de surface est semblable à celle du fond. Si le tapis a été décoloré chimiquement les parties basses près des nœuds seront de coloris plus vifs, les acides ne pouvant mordre uniformément l’épaisseur du poil.

Il faut vérifier également si la chaîne est suffisamment solide, à cet effet prendre le tapis à l’envers à pleine main et le tordre légèrement. Des craquements se feront entendre et en forçant un peu une déchirure se produira si les chaînes du canevas sont desséchées ou corrompues.

En retournant  le tapis on se rend compte de l’importance des réparations qui ont pu être faites. En le regardant à l’envers à contre jour, on voit si les insectes ont fait de petits trous.

Avant tout achat, ne pas hésiter à faire livrer chez soi, pour quelques jours, les tapis qui intéressent afin de les examiner minutieusement et sans précipitation. Une firme sérieuse accèdera volontiers à cette demande.

Les plombs d’origine ou de douane scellés au tapis n’ont pas une grande signification, beaucoup d’importateurs les suppriment même dès la réception, la fraude étant particulièrement aisée dans ce domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *